10 Février 2017: Débat public citoyen sur le thème «Comment améliorer le suivi de l’utilisation de l’argent public à Madagascar? »

bg-image Publié le 14 Février 2017 dans Evènements, Secteur Finances Publiques

Dans le cadre de son programme «Transparence des finances publiques», Transparency International-Initiative Madagascar (TI-IM) a convié les citoyens malgaches à un débat public sur le thème «Comment améliorer le suivi de l’utilisation de l’argent public à Madagascar? » ce vendredi 10 février 2017 dans le Grand Amphi DEGS de l’Université d’Antananarivo.

 

M. FANOHIZA Claude, Directeur Exécutif de TI-IM, M. RAKOTO David, Doyen de la Faculté DEGS, et Mme RADERT Hony, Coordinatrice du Collectif des Citoyens et Organisations Citoyennes (CCOC) ont débattu avec le public sur cette thématique concernant l’utilisation de l’argent public, c’est-à-dire l’argent des citoyens.

Du côté de l’audience, une centaine de personnes a répondu à l’appel. Elle était composée d’étudiants et de professeurs, de représentants de la société civile et des institutions étatiques, ainsi que de journalistes.

Le débat a été très animé, pratiquement la moitié des invités ont souhaité prendre parole. Le débat a porté essentiellement sur la redevabilité et la transparence dans l’utilisation de l’argent public. Dans sa présentation Mme Radert du CCOC a déclaré : « Je paie des impôts donc j’ai le droit d’exiger des prestations de qualité de l’Etat ».

Voici des extraits de remarques, avis, questions venant des participants :

« Il faut la contribution de tout citoyen dans la gestion de l’argent public, c’est-à-dire, les citoyens doivent avoir accès au budget de l’Etat, d’où vient l’argent, comment a-t-il été utilisé, sur quel projet sera-t-il dépensé ? »

« Ici à l’Université, existe-t-il un organisme qui s’occupe spécialement de la gestion des bourses non attribuées aux étudiants ? »

« Au niveau du conseil supérieur de contrôle Inspection Générale de l’Etat (IGE) et de la justice, il n’y a aucune remontée d’informations, les remarques sont bloquées au niveau de la justice, pas étonnant qu’aucune irrégularité ne passe par le Conseil de discipline. »

Les intervenants ont apporté des réponses à la majorité des questions posées.  M. Claude FANOHIZA, Directeur exécutif de TI-IM, a insisté sur l’implication des citoyens malgaches dans le suivi de l’utilisation de l’argent public. « C’est notre droit d’y opérer un contrôle car il ne faut pas oublier que c’est grâce à l’impôt dont nous nous acquittons que l’Etat arrive à survivre » a-t-il indiqué.

 

Ce débat a été organisé afin de faire prendre conscience aux citoyens de l’importance de ce sujet. En s’impliquant dans le suivi des dépenses publiques et en demandant la redevabilité, les citoyens exercent leur droit. Ils permettent d’assurer plus de transparence dans l’utilisation par l’administration publique de leur argent et, ainsi, de réduire la corruption qui affecte Madagascar.

Transparency International-Initiative Madagascar organisera d’autres débats citoyens dans des espaces publics et à la radio sur la même thématique au cours des prochains mois.