Débat sur la page facebook de Transparency International Initiative Madagascar sur le thème « Acceptation de cadeaux de la part des agents publics : une pratique tolérée à Madagascar ? »

bg-image Publié le 12 Août 2016 dans Evènements, Secteur Finances Publiques

Offrir un cadeau aux agents publics est devenu presque une règle chez les administrés à Madagascar. Dans certains pays, cette pratique est règlementée afin d’éviter toute dérive à la norme. Ils fixent les limites des montants des cadeaux que l’agent public a le droit d’accepter. A Madagascar, un règlement de ce type n’existe pas encore. C’est ainsi que Transparency International Initiative Madagascar a lancé un débat le mercredi 10 août 2016 sur le réseau social Facebook  afin de recueillir l’avis des citoyens sur le thème « Acceptation de cadeaux de la part des agents publics : une pratique tolérée à Madagascar ? ».

Chaque participant a exprimé son opinion notamment sur la définition de la corruption dans le cadre des cadeaux offerts aux agents publics, les raisons qui incitent les administrés à procéder à cette pratique, les impacts ainsi que les propositions de solution.

En l’occurrence, les participants qualifient de corruption le fait que l’agent public accepte un cadeau hors des procédures prévus par son établissement, ou que l’administré offre un cadeau en vue d’obtenir une faveur en retour. Egalement, même si le cadeau part d’une bonne intention, dans la mesure où cela tend à influencer la décision de l’agent public, l’acte est considéré comme une corruption.

D’après les participants aux débats, ce qui incite surtout les administrés à offrir des cadeaux c’est pour accélérer le traitement des dossiers étant donné la lenteur du service dû aux manques de moyens de l’administration ou tout simplement parce que l’agent public attend un cadeau avant d’exécuter ses tâches. En outre, parmi les échanges,  il a été expliqué que le salaire de ces agents publics ne leur permettent pas de subvenir suffisamment à leurs besoins et c’est à partir des cadeaux et pots de vin qu’ils tentent à joindre les deux bouts.

Par conséquent, d’une part, l’agent public devient habitué à recevoir et d’autre part, les administrés s’accoutument  à donner  à tel point que cette pratique parait formelle même si  normalement le service devrait être gratuit. Les pratiques de favoritisme et de discrimination ont également été abordé dans le débat : l’agent public priorisera toujours ceux qui lui ont offert un cadeau.

Afin d’y remédier, les participants ont proposé que les administrés devraient s’abstenir à offrir des compensations aux agents publics pour éviter de les habituer. L’instauration de règlements sur les périodes auxquelles les agents peuvent recevoir des cadeaux a également proposé.. Il est important aussi que les citoyens osent refuser de payer plus que ce qu’ils ne devraient. Par ailleurs, les dirigeants, les chefs religieux, les parents et les enseignants devraient être des modèles pour les jeunes en refusant et en n’incitant pas la corruption. Enfin, il également été expliqué qu’il est primordial d’assurer le développement du pays afin que les salaires des agents publics puissent augmenter également et qu’ils seraient moins tentés par la corruption.

Nous vous donnons rendez-vous lors de notre prochain débat le mardi 23 août 2016 de 12h30 à 13h30 sur notre page Facebook Transparency International Initiative Madagascar.