Midi Madagasikara: Corruption de haut niveau à Madagascar : Pas d’arrestation de gros bonnets, selon l’ambassadeur américain - 28 Janvier 2016

bg-image Publié le 28 Janvier 2016 dans Evènements, Presse, Secteur Finances Publiques

La note visée par la Grande île d’ici à 2025 est de 50 sur 100. La réalisation de ce score ambitieux ne sera pas facile à moins d’un effort considérable de la part des dirigeants.

Jamais deux sans trois, après le doyen du corps diplomatique, l’ambassadeur du Maroc, Mohammed Amar, qui n’a pas ménagé le régime lors de la présentation de vœux à Iavoloha, en soulevant notamment les points négatifs de la situation sociale qui prévalent dans le pays, l’Union européenne lui a emboîté le pas, en déclarant qu’il faudrait appliquer les pratiques de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption. Le troisième à faire des remarques, et pas des moindres, c’est Transparency international, et ce, par le biais de l’Indice de perception de la corruption (IPC) 2015. Les conclusions des résultats réalisés par Transparency International ont été effectuées par Frédéric Lesné qui n’est autre que le directeur de cette ONG. La synthèse des résultats s’est tenue, hier, à l’American Center, à Tanjombato.

Indice. D’entrée de jeu, le directeur d’annoncer que « le score de Madagascar dans l’indice de perception de la corruption stagne à un niveau alarmant depuis trois ans. Malgré les déclarations d’intentions répétées des plus hautes autorités de l’Etat qui se disent prêtes à répondre aux nombreuses attentes d’actions concrètes pour enfin avancer dans le combat contre ce fléau, la perception du phénomène de la corruption par les experts nationaux, internationaux et les milieux d’affaires ne s’améliore pas ». L’IPC attribue une note à chaque pays, de 0 à 100, zéro pour les pays extrêmement corrompus et cent pour les pays les plus intègres. Il a établi un classement mondial sur la base de ces notes. Pour le cas de Madagascar, son score est de 28/100, en 2015, et cela en trois années consécutives. L’on constate ainsi une stagnation. Côté classement, la Grande Ile occupe la place de 123e sur 168 pays. Une note décevante, dans la mesure où pour un élève, c’est à peine 5 sur 20.

Sens. Pour sa part, l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert T. Yamate a aussi abondé dans ce sens : « la lutte contre la corruption que Madagascar a engagé se poursuit ». Ce diplomate a notamment parlé des menaces qui planent sur les précieuses ressources naturelles et qui doivent être prises au sérieux, a-t-il soutenu. Toujours à propos de la corruption, l’ambassadeur de déclarer que « l’arrestation de gros bonnets est quasi inexistant ». Ce dernier a d’ailleurs fait la remarque qu’« une personne soupçonnée de trafic de bois de rose a été arrêtée, relâchée puis a quitté le pays ». Il estime ainsi que le remède à la corruption est notamment la transparence.

Maigres résultats. Pour en revenir à l’indice de perception de la corruption 2015, cette ONG de marteler que « lutter contre la corruption demande effectivement un grand courage politique, celui de s’attaquer, parfois frontalement, à des intérêts particuliers puissants …A la vue des maigres résultats observables de la lutte contre la corruption jusqu’à présent, les malgaches sont en droit d’attendre plus de la part de leurs responsables politiques ». Toutefois, Transparency international n’a pas oublié de souligner que « lutter efficacement contre la corruption nécessite également d’avoir un cap, une ligne directrice. L’adoption de la nouvelle stratégie nationale de lutte contre la corruption, qui a reçu l’engagement personnel du président de la République de Madagascar en septembre dernier, représente à ce titre un outil appréciable pour orienter l’action publique dans ce domaine, au cours des dix prochaines années ». Reste à savoir s’il y aura vraiment une amélioration sur la lutte contre la corruption dans les prochaines années.

Dominique R.

 

Lien vers l'article: http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2016/01/28/corruption-de-haut-niveau-a-madagascar-pas-darrestation-de-gros-bonnets-selon-lambassadeur-americain/