Observatoire Indépendant des Marchés Publics (OIMP) : Elaboration des statuts

bg-image Publié le 28 Mars 2017 dans Secteur Finances Publiques

Le projet (PIPP) financé par le Royaume-Uni et mis en œuvre par Transparency International-Initiative Madagascar avait pour 3ème objectif, la constitution d’un Observatoire Indépendant des Marchés Publics, autrement dit, la constitution d’une association d’Organisations de la Société Civile (OSC) qui se regroupe pour veiller à observer de manière indépendante la passation des marchés publics.

L’idée est venue suite à l’étude de marchés publics de la Francophonie effectuée les 22 et 23 Novembre 2016. En effet, cette enquête a révélé que 62% des 107 marchés étudiés présentaient des risques de corruption. Ainsi, les Organisations de la Société Civile, pour contrôler les procédures d’attribution des marchés publics à Madagascar, ont élaboré un communiqué de presse ayant comme objet la nécessité de la création d’un Observatoire Indépendant des Marchés Publics (OIMP).

Quelle est la mission de l’Observatoire Indépendant des Marchés Publics (OIMP)?

(Texte issu des Statuts de l’OIMP / Février 2017)

« Cet Observatoire a pour mission de contribuer à l’amélioration d’une bonne gouvernance et transparence dans le cadre des procédures de marchés publics à travers la production et la diffusion d’informations fiables, en vue de réduire et de prévenir tous risques de corruption. »

« Il sera un lieu d’échanges, de réflexion et de capitalisation de connaissances et de savoirs des Organisations de la Société Civile et de toutes personnes non étatique engagées contre le fléau de la corruption dans les marchés publics. »

Transparency International-Initiative Madagascar a organisé 2 ateliers pour constituer le statut de l’OIMP

  • Atelier du 17 Janvier 2017 au DLC d’Anosy à Antananarivo :

Un premier atelier a donc été initié par Transparency International-Initiative Madagascar le 17 Janvier 2017 regroupant toutes les OSC qui voulaient adhérer à l’OIMP. Cet atelier avait pour but de mesurer le degré d’implication des OSC dans cet observatoire et aussi de déterminer les grandes lignes des statuts de l’OIMP, autrement dit, déterminer les points d’accord entre les points principaux des statuts et les éventuels points de divergence, afin de pouvoir évaluer le niveau de consensus possible pour l’établissement des statuts.

Deux intervenants dont la Présidente de la Commission Nationale des Marchés, Mme Rindra RABARINIRINARISON et le Chef de Section de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics, M. Rado ANDRIANIHARISOA étaient présents lors de cet atelier, pour enrichir les échanges. Ces derniers ont apporté des explications entre autres sur la place et le rôle de la société civile dans le système de régulation des Marchés Publics.

Il a été conclu d’après cette réunion que les missions ainsi que les activités de l’observatoire devraient faire un autre sujet de discussion pour un prochain atelier.

  • Atelier du 25 Janvier 2017 au Café de la Gare à Antananarivo :

Le deuxième atelier organisé par Transparency International-Initiative Madagascar a eu lieu l’après-midi du 25 Janvier 2017 à la suite de la Présentation de l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2016. Chaque représentant de la société civile présent lors de cette réunion a donc proposé leurs avis et recommandations sur la création de cet observatoire et surtout sur les missions et activités de l’OIMP. En résumé, les discussions lors de cette réunion ont porté sur les grandes lignes suivantes :

  • Les missions, activités et statut de l’OIMP
  • La composition et structure de l’OIMP
  • Le financement
  • L’efficacité de l’OIMP

Les grandes lignes des statuts de l'Observatoire ont été élaborées après cette 2ème réunion, il ne reste plus que l’approbation de tous les membres ainsi que de l’Assemblée Générale Constitutive pour créer définitivement l’Observatoire.

 

Transparency International-Initiative Madagascar, pour combattre la corruption à Madagascar agit non seulement dans le secteur privé mais également dans le secteur Foncier, des Ressources Naturelles, la transparence des finances publiques ainsi que la Bonne Gouvernance Locale.